La Belgique et son peuple

La Belgique est un petit pays par sa taille mais d’une grande diversité. Cette diversité concerne la langue, les mentalités et les coutumes qui varient d’une région à l’autre.
Toutes ces caractéristiques, la Belgique les doit à son passé au cours duquel elle a fait partie d’ensembles différents d’États.
La Belgique est romaine sous Jules César, période qui laisse de profondes empreintes linguistiques dans le sud du pays. Ensuite elle fait partie du Saint Empire germanique dont le dialecte laisse ses traces dans le nord. L’Escaut est la ligne de séparation de ces deux régions et correspond encore actuellement à la frontière linguistique.

Le Moyen-Âge est une époque florissante qui a laissé à la Belgique un riche patrimoine industriel, culturel et artistique.
Au 16ème siècle, la Belgique, appelée Pays-Bas du Sud est rattachée à la couronne d’Espagne et devient un pays catholique. Des guerres politico-religieuses sonnent le déclin. La Belgique doit attendre la fin du 18ème siècle et son annexion à la République Française pour connaître à nouveau la prospérité. La défaite de Napoléon à Waterloo en 1815 met fin au régime français dont la Belgique prend le code civil comme modèle pour son propre code.
La Belgique acquiert son indépendance en 1830. Léopold 1er est son roi. L’actuel roi, Albert II, est le 6ème Roi des Belges. Les questions communautaires, qui jouent un rôle capital dans l’histoire politique, ont conduit à des réformes qui ont transformé le pays en État Fédéral.

La Belgique comprend une communauté française, une communauté flamande, une communauté germanophone datant de la Seconde Guerre mondiale et la Région de Bruxelles-Capitale.
Malgré ces différences linguistiques, Wallons et Flamands sont généralement fiers d’être belges, fiers de leurs industries de pointe, fiers de leurs sportifs de haut niveau, fiers de leurs spécialités culinaires mondialement connues, fiers de leur folklore comme le Doudou, le carnaval de Binche et le si célèbre Manneken-Pis.

On dit le Flamand plus travailleur et le Wallon plus festif et si la langue est une différence essentielle parfois difficile à surmonter, tous deux aiment le confort, ont une brique dans le ventre, visitent une fois la côte et une autre fois les Ardennes. Et puisque le dit la devise nationale : « L’union fait la force », Wallons et Flamands s’unissent pour écouter les Français blaguer sur les stéréotypes belges bien connus que sont l’accent, la bière, les frites et le chocolat.

Commenter la contribution