Bande dessinée : l’école franco-belge

Née au début des années 30 la bande dessinée belge a donné naissance à de nombreux personnages comme Tintin, Lucky Luke ou Largo Winch. De nombreuses bandes dessinées francophones sont le fruit d’auteurs belges d’où l’appellation bande dessinée franco-belge très souvent utilisée.

En 1929, un dessinateur belge du nom d’Hergé, donne naissance à Tintin, un personnage qui ne tardera pas à faire le tour du monde. Le succès est immédiat et ne s’est jamais démenti depuis. À partir de cette date, la bande dessinée franco-belge connaît un essor remarquable. De nombreux auteurs se lancent dans l’aventure : Edgar P. Jacobs le dessinateur de Blake et Mortimer, Morris, le père de Lucky Luke ou encore Rob-Vel, le créateur de Spirou. Très vite des journaux de bandes dessinées destinés à la jeunesse voient le jour : Le journal de Tintin, Le journal de Spirou qui sont alors très populaires. Après la seconde guerre mondiale, à Bruxelles, comme dans le reste de la Wallonie, des maisons d’éditions, comme Le Lombard, se spécialisent dans la bande dessinée. Bon nombre d’entre elles existent toujours aujourd’hui.

Le Journal de Tintin et le Journal de Spirou deviennent rapidement le vivier de toute une génération de dessinateurs talentueux. La bande dessinée franco-belge connait un essor fulgurant dans les années 50/60 avec la naissance des Schtroumpfs de Peyo ou encore de Boule et Bill de Jean Roba.

Dans les années 70 on voit émerger une nouvelle génération de dessinateurs qui s’adressent à un public plus âgé comme Moebius fondateur des Humanoïdes Associés et de la revue Métal Hurlant, magazine de bande dessinée de science-fiction, emblématique de la bande dessinée contemporaine qui innove dans le domaine graphique, ose la dérision et s’aventure du côté du fantastique.

Depuis les années 90 des petites structures indépendantes voient le jour, permettant l’éclosion d’une bande dessinée plus alternative, avec des auteurs comme Marjane Satrapi ou Joann Sfar. Les grandes maisons d’éditions historiques connaissent toujours d’énormes succès avec des héros comme Largo Winch ou Titeuf.

La bande dessinée franco-belge a su évoluer et s’adapter aux nouvelles tendances, comme le manga, ce qui lui permet de rester au top.

 

Photo : Ferran Cornelià

Commenter la contribution